Sixto Rodriguez, une tournée Hold UP ! @lemonde


Je pense que c’est scandaleux, l’apogée d’une société complétement perdue.

Les producteurs qui le poussent à bout, car il n’a plus de voix, il ne sait plus jouer…

Effectivement il était peut être bourré mais je comprends pourquoi.

Il faut avoir du courage quand on est l’acteur d’une telle imposture.

Ce spectacle était à vomir et ce qui est drôle c’est que nous tous les bobos, branchouilles parisiens on était là pour voir ça.

Ce spectacle était d’une tristesse, lui conscient de la machination, les spectateurs partagés entre le sentiment de crier à la supercherie et la pitié profonde.

On a eu l’impression de voir un animal de cirque fatigué et blessé, manipulé par des propriétaires peu scrupuleux.

Bizarrement on n’a rien vu passer sur les réseaux sociaux.


Recap vu par le monde

Tout le monde connait la jolie histoire de Sugar Man…

un jour le monde publie la contre histoire cf Sixto Rodriguez vu par le monde

Ils nous parlent de story telling et là j’avoue qu’on ne l’avait pas vu venir !

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/04/07/sugar-man-un-storytelling-soigneusement-agence_3155548_3246.html

Et ensuite de communion

Qui vous a payé pour dire ça !

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/06/05/sixto-rodriguez-sur-scene-il-lui-sera-beaucoup-pardonne_3424258_3246.html

Avouons-le : l’homme bousillera sur scène jusqu’à ses plus beaux tubes. “I wonder will this hatred ever end/ I wonder and worry my friend/ I wonder/ wonder don’t you ?” Oui, Sixto, nous aussi on se demande et on s’inquiète. Et pourtant, on lui pardonne. Au nom de quoi ? De cette lueur dans ses yeux malins, de ses mains qui dansent, de ses bras qui pendent le long de son corps humble ? De sa présence insondable ?

Le CP du producteur 

“Jimi Hendrix excepté (d’ailleurs totalement hors concours) cette aventure avec Rodriguez est la plus belle histoire (d’amour) de ma carrière professionnelle en 23 ans. Hier c’était la huitième fois que je voyais l’artiste sur une scène. Rien à voir malheureusement avec la première fois à Londres (17 novembre au Royal Festival Hall, grandiose). Il fut sobre durant toute sa tournée américaine. J’appréhendais ses concerts français, ne sachant comment le public allait réagir face à ce phénomène décalé, ailleurs, usé, unique. La poisse nous est tombée dessus avec le retour inopiné du "mal” dont il s’était tenu bien à l’écart pendant deux ans…Fallait-il annuler toute la tournée européenne plutôt que les 4 premières dates ???? Je sais parfaitement que les 12 000 personnes qui l’ont vu (même celles qui ont fui avant la fin) se vanteront plus tard d’avoir été là et n’auraient absolument pas voulu échanger leur place. Bref, c’est comme ça. Désolé pour tous ceux qui ont été mal à l’aise et embarrassés parce que remplis d’espoir en espérant peut-être retrouver en forme celui qu’ils ont rêvé avec une voix intacte pour un show inoubliable. Je vous rassure, ce sera inoubliable ! Rodriguez est une légende (encore vivante). Hendrix est lui bien mort et JAMAIS n’aura à se produire sur une scène dans cet état.“

Dédicace à Elise celle qui me montre le chemin…

image

Publié par Nicolas Bermond

Je fais le druide, c'est à dire je fourre mon nez dans la stratégie digitale, la technologie et la recherche et développement. Je suis passionné de prospective. Et peux être un intermédiaire entre les programmeurs et le monde traditionnel. Je blogue depuis 2004 sur https://nicolas-bermond.com